Noctambule

by Marius D

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      €7 EUR  or more

     

  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    Digipack avec livret dépliant déssiné par Caroline Lowenbach

    Includes unlimited streaming of Noctambule via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 7 days
    edition of 500 

      €12 EUR or more 

     

  • Full Digital Discography

    Get all 7 PHW Records releases available on Bandcamp and save 35%.

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality downloads of Contre Courant Induit, Comme le froid, Exile, Miles Away, Big Bang Humain, EP#1, and Noctambule. , and , .

    Excludes supporter-only releases.

    Purchasable with gift card

      €26 EUR or more (35% OFF)

     

1.
La mémoire 03:18
J'ai perdu la tête, j'ai perdu la mémoire, Je l'ai vue filer, elle est sous le placard ! Je me précipite, il est déjà trop tard, Faut la rattraper avant qu'ça tourne au cauchemar ! Je n'sais même plus pourquoi c'est si important, Je l'avais noté, imprimé mais ça fout le camp. Mes souvenirs s'envolent au premier coup de vent, Moi je cours derrière, je crie : « A l'aide ! », personne n'entend. J'ai la mémoire qui s'envole, Et j'cours après, j'cours après et j'cours après. J'ai la mémoire qui s'envole, Et j'cours après, j'cours après mais j'cours après quoi ? Je voudrais au moins me souvenir de toi, Des contours de ton visage, de notre première fois ; Mais je n'sais même plus si tu existes ou pas, Et Ah ! J'en vois un bout qui s'est glissé sous le sofa ! Attrapé ! Qu'est-ce-que c'est ? Une vieille histoire de rien du tout, C'était une brune peut-être une rousse, y a prescription, puis j'étais saoul ! Faudrait mieux la laisser prendre ses ailes à son cou, La faire disparaître avant que quelqu'un soit jaloux, J'ai peut-être aussi une famille et des mouflets, Un jeune Corentin qui pousse sa p'tite soeur dans l'escalier. Il tient ça d'son père j'suis ému rien qu'd'y penser, Voilà qu'il s'envole, mon Dieu ! Il s'est défenestré ! Qu'ai-je donc fait ?! Père indigne ! Mais est-ce le mien ? Rien n'est moins sûr, Un imposteur, un profiteur, j'n'avais jamais vu cette figure. S'il veut me rendre chèvre, je l'appellerai Arthur, Mais si c'est un espion je l'achève au cyanure. En voilà un bout qui m'intrigue me confond, Cette photo est floue mais c'est bien moi et j'ai l'air con. Moi qui me voyais vraiment bien en agent secret, Ce foutu portrait me donnerait plutôt l'air d'un niais J'ai la mémoire qui s'envole, Et j'laisse filer, j'laisse filer, j'laisse filer J'ai la mémoire qui s'envole...
2.
Tout rond, petite pièce Dernier rond d'une poche qui se perce Si tout était si rond Serait fou de toi c'est vrai au fond Tu me fais tourner la tête à tête A ne plus savoir sur quel pied danser A emmêler mes gambettes bêtes Et boom ! Et aïe ! Hématome et ma poche se vide de ses... ...Petites pièces Tout rond, petite pièce Dernier rond d'une poche qui se perce Si tout était si rond Serait fou de toi c'est vrai au fond Les rois, petite pièce, Devant toi s'inclinent, lèvent les fesses Sans l'sou, petite pièce On f'rait tout pour toi belle maîtresse. Tu déplaces les montagnes, empoigne A pleines dents la vie de tes amants, Ames en peine qui se battent et gagnent Pour tes beaux yeux bien que le paradis soit un monde sans... ...Petites pièces Tout rond, petite pièce Dernier rond d'une poche qui se perce Si tout était si rond Serait fou de toi c'est vrai au fond Fondue, petite pièce, Fond du fond d'une poche qui se perce Font les petits ruisseaux, J'suis pas près d'me noyer de sitôt.
3.
En haut des toits, Il y a les rois, Il y a les chats Qui regardent en bas Y'a des volcans Qui ennuagent Et du boucan A l'étage En haut des toits Il y aurait toi Pourquoi pas moi ? Sur les trottoirs Y'a des rêveurs Qui d'un espoir Chassent leurs peurs Sur les trottoirs Les réverbères Font du beurre noir Aux nez en l'air En haut des toits Il y a des fous Qui regardent en bas Au fond du trou Des acrobates Et des oiseaux Qui troquent leurs pattes Pour des manteaux Qui girouettent Au gré du temps Qui lèvent la tête Face au vent Y'a des vertiges Qui parlent au coeur Et des prodiges En pince monseigneur En haut des toits, Il y a les rois, Il y a les chats Qui regardent en bas En haut des toits Pas de barrières, Mais des faux pas Qui restent à faire, En haut des toits Il y aurait toi Pourquoi pas moi ?
4.
Elle qui a tant d'amis De connaissances qui Tournent dans sa vie Dans sa tête aussi Elle qui trouve toujours Que je suis un peu lourd A passer tous les jours A lui tourner autour Elle qui serait mon amie Si et seulement si On passait une nuit A tourner sans répit Elle qui m'a fait tourner La tête en mulet De Québec au Tibet Pour voir son pote René Lui qu'avait tout compris Dans une lamaserie A, sous un p'tit abri, Ouvert une blanchisserie Elle qui de ses yeux de faon Souriant de toutes ses dents Me conseillait vivement D'aller en faire autant Moi qui aurais dit oui Si et seulement si Elle avait su aussi Lâcher son chat Fifi Moi qu'aurais tant souhaité Passer toutes mes journées A caresser, rincer Ses dessous dentelés Elle qui a préféré Dans son p'tit meublé Laver sa jupe plissée A quarante degrés Elle qui a tant d'amis Voudrait qu'j'en fasse partie Que je sois dans sa vie Dans sa tête aussi Elle qu'hier j'emmenais Pour finir la soirée Sous les étoiles rêver Qu'on serait deux à jamais Elle au charme désarmant Me dit : « Mon amant, Tout cela n'a qu'un temps, Tu n'es plus un enfant. »
5.
Mes caprices 03:12
De New-York à Amsterdam J’aurais connu tous les palaces, Paris Tokyo en première classe Aux bras des plus belles dames, J’ai vraiment l’âme d’un milliardaire D’un prince, d’un roi ou d’un émir, J’aurais été riche à mourir Riche à tout envoyer en l’air, Les filles me faisaient les yeux doux Même quand je leur tournais le dos Faut dire qu’elles grimpaient aux rideaux Rien qu’à me voir compter mes sous Mille et une nuits de délices A assouvir tous mes caprices, Mes envies les plus innocentes, Mes désirs les plus indécents. Un petit château en bord de plage, Galerie des glaces, sauna, hammam, Tout le confort pour mes dames Et le gaz à tous les étages Je me suis offert pour un soir L’orchestre de Vienne dans ma chambre Violons et trompettes à revendre Pour adoucir mes cauchemars, J’ai acheté les hommes et leurs âmes, Les présidents, les maharadjahs, Les grands de ce monde n’ont pour moi Pas plus de secrets que leurs femmes. Mille et une nuits de délices A assouvir tous mes caprices, Mes envies les plus innocentes, Mes désirs les plus indécents. Mais j’ai fini par me lasser D’avoir tout vu, de tout posséder, D’être actionnaire majoritaire Des âmes, de la foi, de ses mystères, On dit que l’argent ne fait pas le bonheur Mais il m’a ouvert bien des coeurs, Et pourtant à mon enterrement J’ai dû payer des figurants. Mille et une nuits de délices J’ai connu le paradis sur terre Alors pour mon dernier caprice Je voudrais aller en enfer.
6.
Hélicon 01:51
Salut mignon, Lui dit-elle, T'as pas l'air trop con En bretelles ; Me jouerais-tu De l'hélicon En pardessus Et en chausson ? Je crains que non, Mademoiselle, La déception Serait cruelle, J'n'ai jamais su De l'hélicon, Même quand j'ai bu, Tirer un son. Que crains-tu donc ? Suis-je si belle, Que tes poumons A tire-d'aile, Se débinent et, De l'hélicon, Laisseront muet Le pavillon ? Je pense au son Bien plus sensuel, Du violon, Du violoncelle, Si vous souhaitez De l'hélicon, Alors sans regrets Soufflons ! Et le mignon Joua pour la belle, De l'hélicon, Ce fut sensuel ; A ce jour, Il souffle encore, Tout doux, velours Quand elle s'endort...
7.
Mot à mot 03:37
En funambule, Je file Jusqu’à la lune, Et pile Je change de face, Profil Devant ma glace Vanille Je papillonne De fleur En fleur, bourdonne De peur De rester pris Au piège De la pluie De la neige Je lève le voile, je danse Et tourne et tombe et roule Le monde et tente la chance Aux dés, finis en boule Et d’une pirouette Je fais des pieds de mains Pour éviter la tête Et m’en sortir enfin Je cherche l’or Du jour, De nuit je dors Rêve pour Rester libre Comme l’air En équilibre Précaire En funambule, Je file Jusqu’à la lune...
8.
Noctambule 02:51
9.
Le jour soleil à ma porte tambour battant A mes oreilles réveille mes yeux sablés de tant Et tant de poussières d'étoiles et toi qui dors encore, A petits pas je m'éloigne mes chaussures à la main et je sors... Il y a celles et ceux qui s'aiment Et les autres Celles qui embrassent Et ceux qui se laissent faire Trois passants pressés s'effacent et nez à nez Sur une blonde je tombe qui me cloue le clapet ! Pris dans ses filets je file et sur ses talons, De marche en marche en étages, une jambe en l'air puis l'autre... A quoi bon ? Quatre à quatre encore une de plus en moins Le huis clos fini me laissa coi silence ! Pas même un Soupir... Autant se laisser rêver, Un instant un seul, puis la porte refermer Goutte à goutte me faufile sans me mouiller, Tour à tour, impasse et tourne les yeux, le coeur accroché A une lèvre qui passe et tourne sans moi, au moins une fois, Vers toi, me laisseras-tu franchir le pas ? Ma nuit pétille dans ces yeux, se saoule d'une larme, D'un éclat de rire mais qui rompra le charme ? Malgré moi embarqué, volé mon coeur, tournée ma tête, D'une rue à l'autre, à l'hôtel finir sous la couette. Mon petit matin a la gueule de bois Pour partir à temps tant qu'à partir pourquoi ? Lâcher prise, un souffle et ciao prendre le vent... La belle se réveillera sans prince charmant. Il y a celles et ceux qui s'aiment Et les autres Celles qui embrassent Et ceux qui se laissent faire Il y a celles et ceux qui s'aiment Et les autres Ceux qui aimeraient bien Mais ne se laissent pas faire.
10.
Le temps 00:37
Le temps rassure Les imbéciles, les uns les autres Et ceux qui durent, Les rats des villes et les apôtres Du bon temps et d’Epicure Le temps angoisse Les plus vieux, les éphémères Et ceux qui passent Leurs vacances en bord de mer Ceux qui pour lui se décarcassent Le temps n’a pas D’anniversaire, il a au bagne Des bâtons droits, Le temps se perd, le temps se gagne Mais n’se vend pas, Pas pour l’instant.
11.
Grand-père 02:44
Mon Grand-père aurait pu être un héros Décoré, reconnu et acclamé, Mais mon Grand-père sur son bateau Offrait des fleurs aux passagers. Il m’emmenait sur ses photos Passer une heure en Chine, Prendre un verre à San-Francisco En passant par la cuisine ; On allait voir le soleil se coucher Sur la baie de Hong-Kong Et puis on rentrait dîner Avant que Grand-mère ne nous gronde. Dans les souvenirs de mon Grand-père Je devenais capitaine Je me laissais bercer par la mer Je le suivais où qu’il me mène…
12.
La pluie d’octobre A des parfums d’hiver Des reflets bleus Comme en été, la mer Comme ces yeux Que je noie dans mon verre Pour ne surtout pas rester sobre La pluie d’octobre A des parfums amers La douceur du feu La nuit dans le désert Comme un aveu Un retour en arrière Prendre garde qu’il ne nous enrobe Un souffle triste, un côté fataliste, Parfois même suicidaire Qui n’est pas pour me déplaire Non que je veuille passer l’arme à gauche C’est le spleen qui m’embauche En C.D.D. Pour la journée La pluie d’octobre Ne joue pas du tonnerre Elle sait rester Muette comme une pierre Comme ces pensées Qui se noient dans mon verre
13.
Les hiboux 01:48
Sous les ifs noirs qui les abritent, Les hiboux se tiennent rangés, Ainsi que des dieux étrangers, Dardant leur œil rouge. Ils méditent. Sans remuer ils se tiendront Jusqu'à l'heure mélancolique Où, poussant le soleil oblique, Les ténèbres s'établiront. Leur attitude au sage enseigne Qu'il faut en ce monde qu'il craigne Le tumulte et le mouvement, L'homme ivre d'une ombre qui passe Porte toujours le châtiment D'avoir voulu changer de place.
14.
C’est à la fin que tout commence Alors je tire ma révérence Je fais hurler le moteur Je fais chanter les roues en coeur C’est à la fin que je m’en sors Je prends la route vers le nord Dans un dernier rebondissement Au soleil couchant C’est à la fin que tout commence C’est au moment de la sentence Je cours le long du corridor Je me glisse derrière le décor C’est à la fin que je m’enfuis Je passe Oklahoma city Entre le tonnerre et les cris En direction du Missouri C’était le temps d’une cigarette Elle se consume au gré du vent Sur fond de canons fumants Qui effraient les passants Tandis que je reste de marbre tout ce temps C’est à la fin que tout commence Alors je tire ma révérence Je fais hurler le moteur Je fais chanter les roues en coeur C’est à la fin que tout commence C’est là dans un dernier silence Troublé par le chant des sirènes Que je commence à perdre haleine

about

Chorus

Des Marius D. il y en a beaucoup dans cette discipline (olympique) qu'est le lancer de disque. Alors pourquoi celui-ci et pas un autre ? Parce que le charme qui se dégage de ce Noctambule est certain. Parce que de bout en bout on accroche au disque, parce qu'on ne saute pas d'un titre à l'autre pour l'écourter. Parce qu'il est d'une structure légère (et ça ne veut pas dire que le propos l'est), gai et sautillant comme un cabri. Et que si on dresse l'oreille, c'est pour ne point manquer la moindre miette.
Ce Marius D., chanteur et musicien, conteur et vendeur de rêves, nous fait un disque comme on dessine un beau livre. Ses deux invités, Gainsbourg et Baudelaire, doivent être contents de se retrouver au générique.


Le petit format

Le ton de confidence ne retire en rien de la qualité d'écoute. Les ambiances acoustiques et les guitares scintillantes (Claude Frey et Dominique Patris sont à la fête) nous comblent. Histoires simples, textes ciselés, comptines et mélodies habiles tournent et virent sur un mode traditionnel : la danse nous gagne rapidement. Ce jeune chanteur promet. Bien joué Marius D., on part avec toi.

credits

released May 11, 2015

Produit par Pink House Workshop
Ecrit et composé par Marius D sauf 13 (texte de Charles Baudelaire)
Marius D : chant, guitare, harmonium indien, valiha
Claude Frey : guitare
Dominique Patris : contrebasse
Enregistré et mixé par Jean-Yves Guilé au studio Sibem'Hall
Masterisé par Joël Vitue

license

all rights reserved

tags

about

PHW Records Orléans, France

PHW records est un label artisan. Notre idée est simple : nous aimons créer des objets et les partager. Nos albums sortent donc en séries limitées et ultra-limitées (exemplaires faits main par les artistes). Nous assurons notre distribution par notre site, directement de nous à vous. ... more

contact / help

Contact PHW Records

Streaming and
Download help

Shipping and returns

Redeem code

Report this album or account

If you like Noctambule, you may also like: